Test Sherlock Holmes Détective Conseil : Les Francs-tireurs de Baker Street

Alors… Par où commencer ?… Par une petite description, peut-être ?

Le pitch :

Comme vous devez vous en douter, inutile de déployer des trésors d’intuition pour deviner que ce jeu est un jeu d’enquêtes ! Nous y incarnons les Francs-tireurs, gamins des rues, futés et pleins de ressources, au coeur du vieux Londres, qui tentent de résoudre certaines énigmes, plus ou moins tordues, pendant que Holmes se la coule douce !

Enquêtes & Mode de jeu :

Pour le coup, futé, il faut l’être ! ou maso… ou les deux… Les enquêtes sont plutôt complexes et ne se ressemblent pas, il faut aimer se triturer les méninges. On a donc préféré opter pour un mode coopératif pour choisir quoi faire, et non, le tour par tour comme énoncé dans les règles du jeu. Ca nous permet d’échanger et de profiter des idées de chacun. Y’en a toujours plus dans plusieurs têtes, du moins, c’est ce que dit la théorie…
Le doux rêve de battre Holmes, ou même de l’égaler, s’envole au fur-et-à-mesure que les pistes s’accumulent, mais le système de points à la fin rééquilibre la donne, si bien que vous pouvez tout de même finir la partie fier de vous, en vous disant que finalement vous êtes plutôt bon ! Et on aime ça !
Ce qui nous frustre un peu, bien que l’on comprenne que l’on ne puisse impunément, faire de l’ombre à cet illustre fin limier qu’est Holmes, nous aurions aimé ne pas être systématiquement à un moment de l’histoire, obligés de faire appel à lui pour nous aiguiller dans la résolution de l’enquête. Peut-être, à la place, aurait-il mieux valu instaurer un malus de points ou de pistes en cas de conseil. Mais cela ne gâche en rien, le plaisir de jeu.

Partie :

Sherlock est clairement un jeu narratif, il faut aimer lire… beaucoup lire ! Et prendre des notes… beaucoup de notes ! Mais comme c’est bien écrit, on se laisse agréablement emporter par la narration. On se plonge très facilement dans l’univers londonien de l’époque victorienne et ça, c’est vraiment très sympa.
Par contre, évitez de choisir le myope de la bande pour lecteur parce que l’infographiste n’a pas du tout pensé au confort de lecture, idem pour la carte ! c’est une catastrophe ! et ça, c’est dommage… Je comprend qu’ils aient préférer ne pas mettre la mention “de 7 à 77 ans” sur la boîte ! ou alors, peut-être suggérer aux éditeurs de fournir une loupe pour le rôle play… Faut voir !

Les petits plus, qu’on aime :

  • Il n’y a pas de temps mort, le temps passe vite, bien qu’il faille compter entre 2 et 4 heures de jeu par partie. (Pour l’instant, on en a fait 4 sur les 10 proposées.)
  • En cette période d’hibernation obligatoire, on se dit que 45€, soit 4€50 par enquête, pour 4h de jeu sympa, c’est plus abordable qu’une soirée ciné.
  • et qu’en plus, comme il n’est pas nécessaire de remplir directement les fiches fournies, puisqu’un papier crayon suffisent, on peut refiler la boîte aux copains, une fois nos péripéties terminées.

Quelques conseils :

  • N’hésitez surtout pas à prendre des notes sur tout ! y compris sur tous les articles de journaux même ceux qui vous paraissent insignifiants ou inutiles.
  • Le jeu propose jusqu’à 8 joueurs, on pense que c’est trop. A notre avis, ça serait mieux 4 maxi pour pouvoir profiter des lumières de chacun.

Voilà en quelques lignes, un petit tour d’horizon de ce que nous avons pensé de ce jeu. Si vous avez des questions ou des commentaires à faire, n’hésitez pas à nous en faire profiter.
Amusez-vous bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *